Ils ont voulu se mettre au vert

Las d'un mode de vie citadin, ils ont tout quitté, tout vendu, tout bravé pour s'installer au vert.

Pourquoi ils en reviennent parfois, plus amers qu'avant.

La fleur au fusil ?

Ecoeurés par le "système", ils ont pris le maquis avec armes et bagages, sans oublier le bas de laine. A eux l'air pur, le calme, le silence, la santé ou/et l'authenticité, en un mot une vie en accord avec leurs valeurs. Voilà donc nos alternatifs plantant leur tente sur le terrain de 36 ha qu'ils viennent d'acquérir, à peu près viabilisé et doté d'une source, les petits malins. Les nomades dans l'âme se procurent une tiny house ou font le plein du mobil-home, et vogue la galère ! Bref, tout est réuni pour donner vie à un rêve tout droit inspiré par la série du genre "La petite maison dans la prairie" dans le plus fleur bleue des cas et la saison "Years and Years" dans le plus... cactus.

vivelavieauvert

Et voilà qu'on retrouve les mêmes dix mois plus tard, contant, éplorés sur les réseaux sociaux, le menu détail de leurs mésaventures : leur tiny n'est pas une habitation aux normes, la bergerie à retaper prend l'eau, le terrain n'est pas constructible, et l'hiver dans le camping-car commence à être longuet ; la sécheresse grille les tomates sur place et un renard a croqué les poules ; les enfants ne se font toujours pas à la vie sans wifi, ni le patron au télétravail prolongé, ni l'épouse à la lessive au lierre. Tout le monde boude après quinze jours le régime courgettes à l'ail-courgettes grillées-courgettes en sorbet et redoute la récolte à venir de 700 kilos de haricots-coco, ingrat prix à payer de l'autonomie alimentaire.

Un deuil à faire de la vie rêvée

Alors que s'est-il passé ? Il arrive qu'on soit rattrapé par la réalité. Les projets les plus ambitieux n'y résistent pas. C'est que l'écart entre ce qu'on voulait vivre et les moyens d'y parvenir s'est avéré insoutenable. Rêver, c'est facile en effet. Il est aussi tentant d'imaginer l'herbe plus verte ailleurs que chez soi. De là à s'emballer et s'illusionner sur les chances de réussir, il n'y a qu'un pas. Nos rêveurs désabusés étaient-ils irraisonnés ? Non, la sanction du réel frappe tout le monde, y compris des gens très bien... Mais il ne suffit pas d'être organisé et prévoyant, de s'être formé à la permaculture ou d'être bricoleur pour bien transitionner. Alors quoi ?

 

reve

Un grand et nouveau départ dans la vie se prépare aussi mentalement. Tout n'est pas affaire de volonté et de compte en banque. Certains alternatifs se révèlent armés psychologiquement pour sauter le pas. Ils vivront leur transition avec une relative sérénité, traversant désillusions et obstacles. D'autres, partant déjà épuisés, fragilisés par les mêmes épreuves qui leur font quitter leur quotidien, affronteront moins bien l'aprêté d'un mode de vie sobre et peut-être moins confortable, qui requiert une bonne condition physique et un moral solide. Tenté par un virage aussi radical, restez donc alerté sur les attentes qui vous motivent et les risques encourus : sondez vos forces pour les optimiser avant de claquer la porte.

 

 

Ajouter un commentaire