Goliath, film engagé

Le 24/09/2022 0

Dans Crise écologique

Le film engagé de Frédéric Tellier passe ces jours-ci sur Canal+

Lanceur d'alerte ou thriller écologique ? En tout cas, il pose avec réalisme des questions incontournables.

Pexels cottonbro 5082567

La mécanique éculée de la fiction fonctionne ici parce que bien huilée : on a les méchants d'un côté, superpuissants et amoraux, et les gentils de l'autre, purs mais moins armés.

Les premiers, les lobbyistes, ont pour eux le capital et les réseaux d'influence, ils corrompent les experts scientifiques et manipulent avec ruse le politique ; l'arrogance et la cupidité les caractérisent. Les seconds ont pour eux la foi en la justice, l'espérance d'un monde qui se réveille, la solidarité de l'infortune ; le courage et la droiture les distinguent. Autant dire que c'est pas gagné... pour ces derniers. Pourquoi ? Parce que toute fiction se base sur le réel et qu'ici-bas le rendement est la seule règle depuis que l'humanité a choisi de tout lui sacrifier, du bon sens jusqu'à la santé de ses enfants. Au point que la vérité se monnaye, le plus offrant pouvant l'emporter sur le plus honnête.

Aussi est-il sain que des artistes s'engagent en ce sens au côté des militants et autres lanceurs d'alerte. La fiction révolutionnaire telle celle des Lumières éveille les consciences, tandis que la propagande académique les endort. Une lutte qui rappelle le duel David-Goliath là encore mais même les mythes et les contes de fées préparent à l'adversité, en même temps qu'ils tentent de sauver l'espoir en une vie meilleure- dont il s'agit toujours d'abord de pouvoir rêver.

Certes une certaine industrie du cinéma a commencé à exploiter le fructueux filon du drame environnemental et humain depuis que l'effondrement écologique fait vendre. On verra donc nombre de "divertissements" traitant des pesticides par intérêt financier plus que conviction militante. Ce n'est pas néanmoins à ce type de projet qu'il convient de réduire "Goliath" qui dénonce activement le cynisme de la compromission lobbyiste aux pouvoirs tentaculaires tout en démontrant combien il est difficile au citoyen de remporter contre lui une victoire à la loyale, sur le terrain de la légalité.

Soit. Difficile, mais pas impossible sans doute (On a déjà vu David, ou plutôt Paul gagner contre Monsanto). Et nécessaire, en tout état de cause, tant notre rapport au Droit s'avère à l'heure de l'effondrement, pas seulement déterminant, mais décisif. A ce titre, ne s'agit-il pas de traiter certains délits récurrents pour ce qu'ils sont par principe, des crimes éhontément perpétrés contre l'humanité toute entière ? Ou comment, sinon, considérer le fait criminel d'empoisonner sciemment notre alimentation ?

A quand un "scénario" ingénu où l'on verrait face aux crimes contre l'humanité, des citoyens conscients se constituer en masse, tels un seul David, partie civile ?

Ajouter un commentaire

Anti-spam