Méditation un jour d'émeutes

  • Le 09/01/2021
  • Dans A la une
  • 0 commentaire

En prenant mon café, j'apprends la prise d'assaut du Capitole américain par des partisans du président sortant.

Des commentaires excités affluent sur les réseaux sociaux et tous les journaux y vont de leur analyse qui intellectualise l'événement. Son impact sur la démocratie occidentale semble notamment au coeur des débats. Sans doute toute cette attention est-elle pertinente, et je la partage. Néanmoins comment ne pas laisser le mental s'emparer du dossier ?

Actualité Capitole

 

Déplier sur le zafu l'amas de pensées

Plus le cœur est bouleversé plus l'esprit s'agite. Comme la surface de l'eau du lac ce matin.

La sueur perle au front soucieux, le sang bout sous les veines éreintées,tout le corps transit d'une fureur fiévreuse dont il faudra bien qu'il fasse quelque chose, tandis que la pensée élabore des plans de lutte et de résistance au flux de la vie - qui a toujours raison sur nos entendements limités.

Attention à ce que fait le penseur de la révolte grondant sous sa peau.

Moi je m'assois. Et je déplie sur le zafu l'amas de pensées.

Dehors il y a la guerre, et une colonie de fourmis poursuit sa marche entêtée.

Dehors il y a la paix, et c'est pourquoi un nouveau bambou a jailli de la surface du lac dans la nuit.

Quelque part quelqu'un s'adonne à la célébration du thé, un enfant tête, et des hommes en armes se préparent. Tout est à la fois nécessaire et nos jugements sont pétris de peur qui rejettent cet inéluctable courant de l'énergie, qui apporte l'eau vitale dans le même mouvement qu'elle le retire...

Il nous appartient de choisir, et j'ai choisi l'accueil. Et aussi de nourrir plutôt en moi des images d'avenir heureux, de joie plutôt que de chaos. J'ai choisi la vie, sous toutes ses formes. Aussi aucun de mes gestes, aucune de mes pensées n'alimentera la peur et la violence, ne fera le lit de la négativité. Le meilleur service que je puisse rendre au monde est mon calme.

Dehors il y a ce qu'il y a. Rien qui soit sous mon contrôle et pourtant chacune de mes pensées, chacun de mes désirs, de ce que j'émets dans la danse cosmique a des chances de dessiner un joli rond dans l'eau où resplendira demain une lumière chaude et ensoleillée sous le rire des pêcheurs partis au matin.

Au -dessus s'étend un ciel profond dont l'horizon égale le champ des possibles.

Et je suis.

émeutes Capitole

Ajouter un commentaire