Comment nous avons inventé la nature

  • Le 21/05/2021
  • Dans A la une
  • 0 commentaire

En prenant mon café, j'apprends qu'une exposition célèbre au musée d'Orsay les "Origines du monde".

Nous avons inventé la nature

Cette initiative à la réouverture du musée d'Orsay accorde une large place à la façon dont nous avons modifié notre environnement naturel. Cela s'est produit certes progressivement, quoiqu'avec une notable accélération depuis le XIXè siècle, machiniste et matérialiste. Un véritable engouement a saisi les hommes de cette époque pour l'exploration scientifique des quatre coins du globe, notamment soutenue par les inventions en matière de transport et de communication ainsi que l'idéologie du progrès.

Or nous sommes les descendants et les contemporains de l'humanité qui a cessé de transformer son environnement sans que cela n'impacte durablement ce dernier. Contrairement aux enjeux de jadis, en effet, au Moyen-Age ou au XVIIè siècle, nos avancées technologiques -pour ne pas dire nos points de non-retour- ont imprimé de façon profonde, voire indélébile un séjour dont nos aïeux ne grattaient que la surface. C'est pourquoi tout nouveau projet sur la nature requiert un débat éthique par lequel s'engager envers la planète et ses générations futures.

Et l'on aura beau enfouir nos déchets à la façon d'un coup de balai sous le tapis, quelque chose de radicalement nouveau s'est opéré dans notre rapport au monde, un pouvoir de transformation dont le caractère obscène n'a pas d'équivalent historique.

Cette mise en acte de la possibilité matérielle d'anéantir ce qui nous environne ne va pas sans acculer le sujet post-moderne au risque ajouté d'une dissolution psychique - dont on observe manifestement les prémices.

Ajouter un commentaire