Salves Poétiques

“À chaque effondrement des preuves le poète répond par une salve d’avenir”.

René CHAR

 

D'aucuns riront d'une naïve arrogance du poète à secourir le monde. Quoi ! ce rêveur avec son coeur en écharpe et sa syntaxe fantaisiste ?

Et pourtant! A plus d'un titre, la poésie est plus que jamais nécessaire à l'heure de l'effondrement, en ce qu'elle constitue une parole ou un geste de création qui sublime l'insoutenable, un témoin sensible de ce qui est, ainsi qu'un élan fédérateur autour de valeurs imprescriptibles.

Quand la parole sublime

Est chanceux celui qui donne à lire en mots, en images ou en gestes, de la poésie : il a trouvé une voie de secours à l'insistante inertie des choses, à l'opacité de la bêtise, au règne de la pulsion ou à la violence insensée des consciences.

Nous avons plus que jamais besoin de créer en temps de crise.

Et si l'on n'est pas doté d'inspiration poétique, on gagne à lire la poésie des autres. Emprisonné 27 ans, Nelson Mandela puisait dans la poésie de William Ernest Henley de quoi renforcer sa résilience : « Qu’importe si le chemin est étroit Et les châtiments infâmes, Je suis le maître de mon destin, Je suis le capitaine de mon âme.» (Invictus)

La poésie peut retourner le cri en chant, et ouvrir des avenues fleuries là où le bitume étouffe les tendres.

Citation Nietzsche

Quand la sensibilité témoigne

De quoi le poète témoigne-t-il ? Il vient inonder de lumière les pans les plus obscurs de l'existence.

Pourquoi donne-t-il si bien à lire l’ombre et la lumière qui alternent dans le for intérieur des hommes ? Parce qu'il y est descendu, plus qu’à son tour, au fond des ténèbres, il les dépeint sans concession et sans filtre. Il faut avoir beaucoup souffert, aimé, compris, pour énoncer un seul mot digne de curiosité au sujet de ce que signifie vraiment être.

Le poète sait que face au réel, nulle négociation honnête ne tient. On est jeté au monde, rappelle-t-il, il nous faut en répondre.

Et la lumière néanmoins d'habiter en creux tous ses écrits, dont elle demeure l'horizon inéluctable et patient. D'accord avec la physique, sa littérature confirme que le noir le plus noir s'exténue et s'achève dans l'éclat troublant du blanc.

La leçon est incontournable à qui veut s'aventurer quelque peu équipé de lanterne, en terre humaine.

entre deux

Quand l'esthétisme fédère

Le monde régulièrement inspire un constat d'insuffisance, sinon d'échec aux artistes, qui faisait dire à Fernando Pessoa : " La littérature est la preuve que la vie ne suffit pas." Encore plus à l'heure de l'effondrement, le poète occupe parmi les écrivains le statut privilégié d'éclaireur sensible de par ses incursions intuitives dans l'invisible qui ourdit nos destinées.

Il augmente cette lucidité intuitive sur l'existence d'une dimension esthétique qui a le mérite de la distinguer des démonstrations rationnelles et inspire à d'aucuns une foi indéfectible en son pouvoir démiurgique : les mots peuvent sauver le monde parce qu'ils le créent.

Or un monde s'épuise à se répéter, et le nôtre, essoufflé, appelle une nouvelle respiration. La poésie s'écrit aujourd'hui à même le bitume des rues ou sur la nappe en papier du café, et se relaie via le net en rassmblant sans frontières une communauté d'émotions et de valeurs. Par elle les écorchés, les rêveurs, les insoumis donnent de la voix/e.

Tant mieux car il faut, indéfiniment, à toute civilisation devant se renouveler, replonger au plus vif de l'inventivité poétique.

la beauté