Créer pour rassembler

la beauté

Quand l'esthétisme fédère

Le monde régulièrement inspire un constat d'insuffisance, sinon d'échec aux artistes, qui faisait dire à Fernando Pessoa : " La littérature est la preuve que la vie ne suffit pas." Encore plus à l'heure de l'effondrement, le poète occupe parmi les écrivains le statut privilégié d'éclaireur sensible de par ses incursions intuitives dans l'invisible qui ourdit nos destinées.

Il augmente cette lucidité intuitive sur l'existence d'une dimension esthétique qui a le mérite de la distinguer des démonstrations rationnelles et inspire à d'aucuns une foi indéfectible en son pouvoir démiurgique : les mots peuvent sauver le monde parce qu'ils le créent.

Or un monde s'épuise à se répéter, et le nôtre, essoufflé, appelle une nouvelle respiration. La poésie s'écrit aujourd'hui à même le bitume des rues ou sur la nappe en papier du café, et se relaie via le net en rassmblant sans frontières une communauté d'émotions et de valeurs. Par elle les écorchés, les rêveurs, les insoumis donnent de la voix/e.

Tant mieux car il faut, indéfiniment, à toute civilisation devant se renouveler, replonger au plus vif de l'inventivité poétique.

Ajouter un commentaire